Dispositifs de financement en monnaie locale dans cadre du financement mixte de l'agriculture

L'essentiel du secteur agricole dans les pays en développement génère des revenus en devise locale. Pas moins de 90 % des besoins de financement non satisfaits dans le secteur agricole concernent ces producteurs (en revanche, les producteurs de cultures commerciales reçoivent une grande partie du financement dont ils ont besoin de la part des acheteurs et disposent également d'un accès relativement favorable au crédit commercial). Ces producteurs ont normalement besoin de prêts en devise locale. Mais même si les banques et d'autres intervenants étaient davantage disposés à les financer, les marchés de capitaux locaux sont souvent faibles et se caractérisent (par rapport aux marchés internationaux) par une pénurie de prêts à long terme et des taux d'intérêt élevés. L'utilisation de devises fortes, pour consentir des prêts qui sont ensuite remboursés, est risquée, non seulement à cause du risque de taux de change, mais aussi parce que des gouvernements peuvent rendre difficile l'échange de devise locale en devise forte et l'envoi de cette devise forte à l'étranger.

Il existe des solutions à ces deux problèmes - par exemple, la couverture de change et l'assurance contre les risques politiques. Mais ces solutions ne peuvent pas être immédiatement appliquées aux prêts agricoles - une structuration plus poussée est nécessaire. La conférence se penchera sur la façon dont les techniques de financement mixte peuvent permettre un financement en devise forte des agriculteurs qui vendent sur les marchés locaux.

Related sessions