GT 3 : Réaliser un effet de levier au niveau de la Banque centrale et d'autres programmes nationaux d'agrofinancement et de garantie - quelles sont les expériences d'utilisation du soutien public pour débloquer des financements privés en faveur des petite

Selon un rapport récent (Dalberg Global Development Advisors, Inflection point, 2016), le total des prêts aux petits agriculteurs s'élève à 56 milliards USD, environ un quart des besoins de financement des petits exploitants, qui atteint plus de 200 milliards USD.  La principale source de financement, qui correspond à 25 milliards USD, sont des institutions financières informelles/communautaires, suivies des acteurs de la chaîne de valeur (avec 17 milliards USD, dont une partie est financée par des prêts bancaires).  Sur les 14 milliards USD de prêts provenant d'institutions financières formelles, environ 9 milliards USD proviennent des banques d'État, et 3 autres milliards USD d'Institutions de microfinance (IMF).  Les banques commerciales arrivent loin derrière, avec seulement 1 milliard USD, et une grande partie est constituée de financements post-récolte (souvent par le biais de crédits-stockages). 

De toute évidence, les pouvoirs publics dans les pays en développement font face à un défi similaire à celui des organisations internationales : ils ne peuvent pas espérer réduire, de manière significative, le déficit de financement en augmentant simplement leurs propres budgets de financement agricole.  En effet, ils ont aussi besoin de trouver des moyens d'exercer un effet de levier, de multiplier les financements agricoles, non seulement par les banques commerciales, mais aussi par des investisseurs locaux. Certaines banques centrales et d'autres organismes gouvernementaux ont commencé à expérimenter de nouvelles formes de financement et de garantie pour obtenir cet effet de levier.  Quelles sont les expériences réalisées à ce jour, quelles leçons en ont été tirées ? Quelles sont les approches les plus prometteuses pour les bailleurs de fonds publics désireux d'obtenir un effet de levier ?  Quelles sont les principales contraintes et comment les intégrer ? 

GT 3 Programme de la séance

Préparation​​​​​​​ :  M. Millison Narh, Gouverneur adjoint, Banque du Ghana / Président d'Afraca

Conférencier principal : Dr. Aliyu A. Abdulhameed, Directeur général/Président-directeur général, Nigéria Incentive-Based Risk Sharing System for Agricultural Lending (NIRSAL) (système du Nigéria pour le partage des risques, fondé sur des incitants, pour les prêts agricoles)

Membres du groupe de travail :

  • M. Idrissa Nassa, directeur général / P.-D.G., Coris Bank International, Burkina Faso
  • Alhaji Mohammed Badaru Abubakar, Gouverneur exécutif, État de Jigawa, Nigéria
  • M. Malick Ndiaye, Président-directeur général, Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal (CNCAS)
  • Juvenal Kalema, Directeur principal - Investissements agricoles, Banque Rwandaise de Développement (BRD)
  • Clifford Juliens Odhiambo, Executive Manager Business Support, Commercial Bank of Africa Limited

Présentation: Achieving leverage in Central Bank and other national agri-finance and guarantee schemes 

Obtenir un effet de levier en débloquant le financement privé pour l'agriculture des petits exploitants par le biais de ressources publiques 

Obtenir un effet de levier en débloquant le financement privé pour l'agriculture des petits exploitants par le biais de ressources publiques 

Détail session

Jour 1: 7 novembre 2016 15:45 - 17:30

Hall 300

Session organisers

AFRACA