Financement mixte : un exemple de partenariat novateur dans le secteur critique du coton au Burkina Faso

Le coton est la principale culture commerciale au Burkina Faso. Le secteur du coton fait vivre plus de 3 millions de personnes et est le plus grand employeur et la deuxième plus grande source de devises étrangères du pays. Cependant, les fluctuations de la demande mondiale et des prix des matières premières ont fait que les entreprises cotonnières ont éprouvé des difficultés à obtenir des financements. Cette situation menace le développement économique du Burkina Faso, un pays qui a été récemment marqué par des troubles politiques.

En janvier 2016, trois partenaires ont signé un accord visant à apporter une deuxième facilité commerciale de 70 millions EUR au plus grand exportateur de coton du Burkina Faso, la Société Burkinabè des Fibres Textiles (SOFITEX). Cette facilité a été planifiée conjointement par la Société financière internationale (SFI), membre du Groupe de la Banque mondiale, le Programme mondial pour l'agriculture et la sécurité alimentaire (GAFSP), au travers de son guichet dédié au secteur privé, et la banque Société Générale. Ces trois partenaires très différents ont partagé un objectif : lancer une bouée de sauvetage au secteur agricole du Burkina Faso et contribuer à une réduction de la pauvreté rurale.

La facilité de 70 millions EUR permettra à SOFITEX d'acheter du coton brut, pour le transformer, auprès de plus de 160.000 agriculteurs burkinabés et d'exporter sa production vers les marchés internationaux. Grâce à cette facilité, la SFI, le GAFSP et la Société Générale vont accorder un prêt à la SOFITEX en échange des produits entreposés, fournissant ainsi à la société les liquidités nécessaires pour financer ses achats de récoltes. Cette facilité succède à un investissement similaire réalisé en 2015, qui a contribué à assurer l'exportation d'un record de 750.000 tonnes de coton et à préserver les moyens de subsistance de ces 160.000 cultivateurs.

Aliou Maiga, Responsable du Groupe des Institutions financières régionales de la SFI pour l'Afrique subsaharienne, a déclaré : « Le partenariat de la SFI avec la SOFITEX démontre notre confiance dans le secteur du coton au Burkina Faso et notre engagement à soutenir le rétablissement économique du pays après une période difficile. En travaillant avec les cultivateurs locaux, les fournisseurs et les distributeurs, la SOFITEX joue un rôle de premier plan dans la création d'emplois et de revenus en milieu rural. »

Les bailleurs de fonds partenaires du guichet du secteur privé du GAFSP sont le Canada, les Pays-Bas et les États-Unis. Le financement du GAFSP permet à la SFI d'investir dans des projets plus risqués à fort potentiel afin de promouvoir la sécurité alimentaire et réduire la pauvreté. Selon le   site Web du GAFSP, ce projet relève de son Programme mondial de crédit-stockage (PMCS), qui prête ou apporte des solutions d'atténuation des risques à des banques de pays à faibles revenus. Ces banques accordent, à leur tour, des prêts aux petits agriculteurs et aux petites entreprises, qui sont garantis par les récoltes que les cultivateurs déposent dans des entrepôts.

Source : IFC